La Tribune du Sport


Les chances néo-zélandaises dans le Tri-Nations 2009

Posted in Tri-Nations par Frédérick Bridonneau sur 12 août 2009

Un système consanguin

Le système néo-zélandais est-il en adéquation avec le rugby moderne ?

D’un point de vue strictement technique, la réponse est oui. Les joueurs néo-zélandais sont les meilleurs techniciens de la planète balle en main. Ce sport érigé au rang de mythe et de facteur d’intégration (les Maoris ne furent jamais vaincus par les Anglais) représente une part importante de l’identité néo-zélandaise que ce soit à VII, XIII ou XV. Mais ce système qui avait place dans l’amateurisme a-t-il encore raison d’exister dans un monde professionnel ?

Pour un pays de 4 millions d’habitants, les prouesses sportives affichées par ce dernier sont exceptionnelles mais la relative petite taille du pays ne lui pose-t-elle pas d’autres problèmes ? Avec un système de franchise où l’étranger peut venir uniquement s’il n’y a pas meilleur (à ma connaissance, seul Califano est parti jouer dans ce pays), le système est-il encore viable ?

En empêchant de s’ouvrir au Monde, la Fédération des Blacks se prive d’autres cultures qui viendraient renforcer le jeu et les valeurs néo-zélandaises. Luke McAllister déclarait en rentrant de Sale qu’il avait appris la gagne en Europe et ce quelle que soit la méthode.

Symptomatique d’un système consanguin et fermé ? La conclusion est évidente.

Un exode des meilleurs joueurs

Après la Coupe du Monde 2007, plusieurs cadres sont restés ou ont migré en Europe (Collins, Kelleher, Williams, Masoe, Evans, McAllister, Carter, etc.) Dans cette mini-liste, on voit déjà les trois ouvreurs de la sélection nationale des All Blacks. Et quand on voit l’apport d’un Carter ou d’un Evans sur le terrain, on comprend mieux les carences actuelles dans le jeu des Blacks.

En effet, malgré un réservoir énorme pour un pays-bout-de-terre, il n’est pas inépuisable. La charnière est clairement l’un des points faibles du jeu néo-zélandais dans ce Tri-Nations mais les matchs contre les Springboks (Afrique du Sud) ont confirmé les doutes observés dans le Super 14.

Un super 14 décevant

Source :Partir.lemonde

Malgré la qualification de trois clubs néo-zélandais sur les quatre présents en demi-finales, les franchises blacks ont inquiété et ont fait preuve d’une instabilité générale. Bien entendu, on pourrait se dire que 3 sur 4 représente un excellent résultat mais à l’arrivée, c’est une déception dans le fond de jeu.

Car la meilleure franchise néo-zélandaise, les Waikato Chiefs, ne compte qu’un nombre très faible d’internationaux. Ce constat illustre les difficultés des Blacks dans ce Tri-Nations. Les Crusaders, la franchise star, a quant à elle assuré sa qualification au dernier moment lors de la dernière journée sans briller.

Un entraineur qui n’y croit pas

Graham Henry, le sélectionneur, a dit en conférence de presse que les Blacks devaient apprendre à perdre. Symptomatique d’un entraineur qui n’y croit pas ? Ces dernières décennies, les Blacks ratent une saison tous les quatre ans, est-ce celle là ? Ou bien le mal est-il en réalité bien plus profond ? La future saison des Blacks nous en dira plus. Mais même si rien n’est encore perdu dans ce Tri-Nations, du gratin mondial, les Blacks sont ceux qui inquiètent le plus cette saison.

Publicités

Les chances australiennes dans ce Tri-Nations 2009

Posted in Tri-Nations par Frédérick Bridonneau sur 12 août 2009

Le renouveau Australien

Après une Coupe du Monde 2007 en demi-teinte et une élimination face à la surprise anglaise en quarts de finale, l’Australie du XV se cherchait. Nouvel entraineur, nouvelle méthode. Le choix du sélectionneur Robbie Deans, le Néo-Zélandais, n’est pas anodin. Pour un sport dont l’engouement ne vaut pas le XIII et dont les spécialistes s’interrogent sur une possible continuité dans les résultats, l’alternative Deans permet de faire venir du sang neuf et de faire éclore de nouveaux talents (capacité reconnue de Deans).

A la suite de cette nomination, le pack australien a repris du poil de la bête, le liant des ¾ est revenu et de nouvelles perles ont été découvertes aux ailes. En vingt-quatre mois, le jeu australien est reparti.

Un Super 14 : un goût d’inachevé

Source :L’équipe

Avec une seule équipe dans le Top 6 et aucun qualifié en demi-finales, le bilan est médiocre. Les Waratahs de McKenzie n’ont pas su rééditer leur performance de l’an passé, même si l’élimination s’est jouée à peu de choses. Nation la plus faible de cette compétition, l’Australie a pourtant séduit en Nouvelle-Zélande.

Avec une belle prestation en terre maori, les Wallabies ont prouvé qu’ils avaient de réelles chances de victoires dans ce Tournoi. Mais pourront-ils seulement franchir un nouveau palier cette saison après un échec en finale du Tri-Nations l’an passé ?

Les chances sud-africaines dans le Tri-Nations 2009

Posted in Tri-Nations par Frédérick Bridonneau sur 12 août 2009

De Villiers, un « Fourroux » moderne

Ancien entraîneur de la sélection jeune de l’Afrique du Sud, Peter de Villiers a posé son style et son empreinte sur le jeu sud-africain. Après un an d’acclimatation, les Boks affichent un nouveau visage empreint de sérénité et de jeunesse. Les départs de Montgommery et de plusieurs cadres vers l’Europe ont été compensés par une parfaite connaissance de la jeune génération. L’éclosion des Pienaar, Steyn (Morné et François) ont fait oublié la promotion championne du Monde. Avec un verbe acéré et des paroles loin du politiquement correct, De Villiers nous rappelle, à nous Français, Jacques Fourroux par sa verve et surtout par sa faculté à avoir su construire la meilleure équipe sud-af’ jamais observée à ce jour.

Un Super 14 comme confirmation

Source :Daily Mail

Les Bulls ont dominé la compétition sans partage et ont été largement au-dessus des autres. Il nous suffit de regarder la finale face aux Waratahs de Kelleher pour voir le gouffre physique qui s’est creusé entre les deux équipes. L’équipe a semblé inatteignable et invincible durant la compétition, quel que fut l’adversaire.

Avec un Super 14 dominé de main de maître, l’Afrique du Sud semble le plus sérieux prétendant à la victoire finale avec peut être la meilleure équipe Boks de tous les temps. Qui pourra battre les Boks dans ce Tournoi ? A vos pronostiques !