La Tribune du Sport


2010 : l’année de Lionel Beauxis ?

Posted in Chronique du XV de France par Frédérick Bridonneau sur 24 juillet 2009

Un départ sur les chapeaux de roues

Source :IDF médias

De tous les jeunes champions du Monde, Beauxis est certainement celui qui a connu le départ le plus fulgurant avec Julien Ledevedec. Très vite, il s’impose comme titulaire avec son club formateur, Pau. Au sein de cette formation, le jeune ouvreur se fait un nom, notamment en jouant une finale de Challenge Européen en mai 2005, il est logiquement appelé en 2006 pour disputer la Coupe du Monde des moins de 21 ans qu’il remportera en étant élu meilleur joueur de la compétition. Cette même année, il part vers le Stade Français pour y franchir un cap. Malheureusement, l’expérience y est cruelle : de titulaire indiscutable à Pau, il devient 3ème choix et joue très peu. Malgré tout, son magnifique jeu au pied lui vaut une place pour la Coupe du Monde 2007 qu’il marquera par son occupation face aux Blacks.

Des lacunes offensives et défensives préoccupantes

On peut alors se demander pourquoi ce joueur si prometteur n’est pas titulaire ? La concurrence est farouche en club et les deux autres joueurs sont excellents (Hernandez et Skrela, cf. photo ci-contre). Mais surtout, son ancien entraîneur Fabien Galthié n’arrive pas (ou difficilement) à lui faire comprendre la nécessité de varier dans le jeu, notamment en attaquant la ligne. Plusieurs spécialistes s’interrogent sur cette peur du contact : n’y a-t-il pas autres choses derrière ? Avec un jeu au pied exceptionnel, comment ce joueur n’arrive-t-il pas à avoir une bonne défense et une panoplie variée d’attaquant ? La concurrence est la première cause de cet état de fait, la 2ème venant des nouvelles règles.

L’année de Beauxis : maintenant ou probablement jamais

Il est des postes où l’éclosion est tardive : la première ligne, le demi de mêlée, l’ouvreur, donc son arrivée à maturité n’est pas plus préoccupante que cela. Mais le jeune Lionel Beauxis arrive à un tournant : il doit éclater maintenant ou il disparaîtra face à la concurrence. Il a une chance unique cette année : il est le seul joueur à son poste en club. Avec le retour d’une partie des règles, sa capacité à devoir attaquer la ligne va devoir évoluer. En effet, le retour du maul devrait offrir de nouvelles perspectives en attaque avec des défenses en sous nombre. Le départ d’Hernandez va lui offrir du temps de jeu et la stabilisation des entraîneurs lui offrira certainement une meilleure visibilité et un meilleur entraînement.

Une concurrence acharnée

Sa progression doit s’afficher pour s’imposer avec le XV de France car la concurrence est armée et plus nombreuse que jamais. Entre un Michalak revanchard, un Skrela qui voudra prouver sa « jeunesse », un Trinh-Duc qui voudra s’affirmer en 10 et les jeunes pousses qui vont faire leur premier pas en Top 14 (Bélie, Bernard, Wisniewski) ou encore les moins jeunes qui voudront saisir leur chance (Rosalen, Fortassin, Courrent), Beauxis va devoir prouver au rugby français que les espoirs et la confiance placés en lui sont justifiés et ce, en faisant évoluer son jeu de manière significative.
Si ce jeune joueur arrive à s’affranchir de ses handicaps, le XV de France, pour la première fois de son histoire trouvera un 10 de classe mondiale comme le pressentait le monde du rugby en 2006.

Publicités