La Tribune du Sport


Trafic de phallus

Posted in Science et Technologie du Sport par Jean Giraud sur 9 décembre 2008

Source :sportpro.it

Michel Pollentier est un cycliste belge des années 1970 surnommé cuisse de mouche qui fut célèbre pour sa fameuse poire. Pour échapper aux contrôles antidopage, il utilisait un ingénieux système consistant à placer une poire remplie d’urine propre sous son bras et faire couler l’urine saine dans le verre à prélèvement du contrôleur antidopage qui n’était pas toujours très regardant. La célébrité de Pollentier vient du fait que son stratagème a été découvert lors du tour de France 1978 alors qu’il venait de s’emparer du maillot jaune au sommet de l’Alpe d’Huez. Il fut mis hors course et déclassé pour fraude.

Une société américaine au eu la lucrative idée de s’inspirer des mésaventures de Pollentier et vendant des faux pénis ( 140 $) permettant de frauder aux tests antidopage ou antidrogue. Cet appareil appelé le « Whizzinator » était une amélioration de la poire de Pollentier.
L’entreprise Puck Technology a été attrait devant la justice américaine et le dispositif whizzinator retiré de la vente en urgence. Les deux patrons de l’entreprise risquent 400.000 euros et 8 ans de prison. Il est cocasse de savoir que déjà plusieurs stars et personnalités américaines ont été surprises avec le faux sexe dont très récemment le footballeur américain Onterri Smith.
Cependant, il est triste de constater que certaines boutiques sur le net continuent de vendre le Whizzinator et d’autres outils de fraude (un exemple avec le site ureasample).

Je rappelle quer l’agence mondiale antidopage est claire concernant ce type de fraude.

Le chapitre deux du règlement antidopage de l’union cycliste internationale stipule à son article 15 que sont considérées comme des violations des règles antidopage :
– Le fait de se soustraire ou, après notification selon le présent règlement antidopage, le refus ou le fait sans justification valable de ne pas se soumettre à un prélèvement d’échantillon ou, concernant les coureurs mentionnés à l’article 122, de ne pas se présenter au prélèvement d’échantillon.
– La falsification ou la tentative de falsification, de tout élément du contrôle du dopage.

Il est indéniable que la lutte antidopage passe autant par la lutte contre les produits dopants en eux même que la surveillance des dispositifs de contrôle. Quoi de plus simple pour éviter un contrôle positif que de ne pas se soumettre loyalement au controle (avec le whizzinator par exemple) de proposer un dessous de table au contrôleur ou de faire jouer de ces relations politiques pour étouffer un scandale, voire d’embaucher un bon avocat.