La Tribune du Sport


Le Brésil pleure la disparition d’un génie

Posted in Foot' International,Médias par Roland Richard sur 5 décembre 2011
Tags: , , , , , , ,

(Source : ConnectionIvoirienne.net)

Après le décès prématuré de Garrincha en 1983, un autre joueur ayant marqué la Seleçao s’est éteint bien trop tôt, dans la nuit de samedi à dimanche. Socrates, ancien capitaine auriverde, a ainsi laissé le monde du football orphelin de son talent et de son sourire. Hommage.

 

Premier amour

 Les bons joueurs de foot brésiliens courent les rues. Et il s’avère que c’est sans doute cette profusion qui déclenche, parfois, chez nous, une affection pour un joueur en particulier.

(Source : Foot01.com)

Pour certains, le « roi » Pelé restera le plus grand joueur brésilien de toute l’histoire du football. Pour d’autres, c’est Garrincha – son contemporain possédant une jambe plus courte que l’autre – qui demeurera LE joueur ayant revêtu le maillot auriverde dont il faut se souvenir.

Personnellement, je me suis porté naturellement vers Socrates. Très jeune, quelques années avant le succès de la France en 1998, j’avais remporté, lors d’une kermesse, une cassette de football. Celle-ci retraçait l’histoire des Coupes du monde de 1966 à 1986 avec, au commentaire, la voix sans égale de Thierry Roland.

C’est à cette occasion que je connus mes premiers frissons footballistiques. J’avais une petite dizaine d’années et j’avais été enchanté par le Brésil des années 1980. Ce Brésil des Zico et autres Falcao que la France avait d’ailleurs battu en 1986 en quarts de finale au terme d’un match d’anthologie (1-1, 4-3 aux t.a.b.). Alors capitaine de la Seleçao, Socrates avait d’ailleurs manqué le premier tir au but…

Mais à l’âge que j’avais, ce n’était ni les statistiques ni les palmarès ou, moins encore, les villes dans lesquelles jouaient ces héros, qui m’intéressaient. Je n’ai appris que dimanche matin qu’il avait été une star des Corinthians ou bien qu’il avait évolué du côté de la Fiorentina au milieu des années 80.

 

Des jambes immenses mais une gestuelle millimétrée

Non, ce qui m’avait marqué, c’était son allure. Un milieu polyvalent de 1m93, éflanqué, chevelu, barbu et redoutablement déterminé sur le terrain. Une élégance et une densité qui ne pouvaient pas laisser indifférent. Au final, je me suis rendu compte, par l’émotion qui m’a brutalement étreint en apprenant sa mort, qu’il s’agissait sans doute du tout premier joueur de football que j’avais sincèrement aimé.

(Source : France24.com)

Evidemment, pour apprécier les qualités de ce joueur, il vous faut savoir qu’il était un milieu en partie à vocation défensive – on sait ce que cela signifiait à l’époque au Brésil – mais qu’il a malgré tout marqué 22 buts en 60 sélections. Et que sous le maillot des Corinthians (1978-1984), il avait inscrit 172 réalisations en 297 matchs.

Dans le foot comme en-dehors, il s’agissait d’un être singulier. Grand mais technique. Joueur de foot mais détenteur d’un doctorat de médecine. Un des meilleurs joueurs de football de sa génération et pourtant investi en politique – on est très loin d’un Karim Benzema qui aujourd’hui affirme n’avoir voté qu’une seule fois, en 2007, pour l’élection présidientielle (So Foot n°91, novembre).

Une certaine vision du jeu, un intérêt déclaré pour la tactique et des velléités démocratiques puisque, comme le rappelait L’Equipe lundi, « Socrates s’était aussi distingé par son engagement politique. En pleine dictature militaire, il avait créé avec Casagrande et Zé Maria (champion du monde en 1970) ‘la démocratie corinthiane’, un système dans lequel chaque décision liée à la vie du club était soumise au vote des joueurs. »

 

Martyr du succès ?

Son regret, évidemment, ne jamais avoir remporté la Coupe du monde. Eliminé dès la phase de poules en 1982, son Brésil avait donc échoué, en 1986, en quarts de finale face à la France de Michel Platini, alors championne d’Europe.

Mais au-delà du joueur, je ne peux m’empêcher de repenser à ces destinées étranges qui s’écrivent au jour le jour dans le monde du football, spécialement dans celui du foot’ brésilien. Car Socrates s’en est allé à seulement 57 ans, des suites d’une hémorragie digestive. Une viande avariée qui a eu raison d’un corps maltraité par l’alcool pendant des années.

(Source : Sport24.com)

Je m’étais déjà attardé sur le cas Ronaldo en février dernier lorsqu’« El Fenomeno » s’était retiré de la scène sportive et j’avais alors tenté de raconter cette pression que vivent les joueurs brésiliens pour s’imposer sur la scène internationale ainsi que la souffrance que représente, pour un Brésilien, l’éloignement de son pays natal et de ses couleurs, la saudade.

Un peu plus haut, j’ai également évoqué Garrincha. Ce petit lutin aux dribbles diaboliques, champion du monde avec le Brésil en 1958 et en 1962, qui avait lui aussi été emporté par l’addiction à l’alcool dès ses 49 ans, en 1983.

A l’instar de Garrincha, Socrates était un consommateur régulier du temps où il jouait, « sans que cela n’affecte jamais ses performances » à ses yeux. Certes. Mais cela a sans aucun doute affecté le reste de sa vie. Aujourd’hui, en écrivant ces quelques lignes, l’émotion est forcément double. On pleure l’un des plus grands footballeurs de sa génération mais aussi un génie que les angoisses de la vie ont broyé. Désormais, il s’agit de le laisser reposer en paix, de perpétuer le souvenir enchanteur de son jeu, mais aussi de continuer à poser la question de cette pression qui constitue le quotidien des sportifs de haut niveau. Et de savoir jusqu’à quand, nous spectateurs, observateurs et journalistes, nous sommes prêts à pousser l’athlète pour notre plaisir.

 

Publicités

Une Réponse to 'Le Brésil pleure la disparition d’un génie'

Subscribe to comments with RSS ou TrackBack to 'Le Brésil pleure la disparition d’un génie'.


  1. […] Le Brésil pleure la disparition d’un génie […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :