La Tribune du Sport


Mondiaux de natation 2011 : c’est ainsi que s’écrivent les légendes

Source : LeFigaro.fr

Les Français ont enfin obtenu leur premier titre mondial masculin en natation grâce à Camille Lacourt et Jérémy Stravius à l’issue d’un scénario invraisemblable puisque les deux nageurs ont obtenu le même chrono. D’autre part, Agnel termine 5ème en finale du 200m n.l., une épreuve où Camille Muffat s’est quant à elle qualifiée pour la finale féminine. Enfin, Sébastien Rouault est en finale du 800m.

 

Lacourt et Stravius n’ont pu se départager, ils sont tous les deux champions du monde

 

Il est 13h08 ce mercredi lorsque l’on observe incrédule les deux « 1 » qui apparaissent en latéral sur les lignes d’eau n°4 et n°3 où Jérémy Stravius et Camille Lacourt viennent de réaliser l’un des exploits les plus retentissants de la natation française : ils sont champions du monde du 100m dos.

Lacourt et Stravius ont le même chrono en finale du 100m dos (source : Adobuzz.com)

Un succès qui a même pris une tournure historique et mythique puisque les deux nageurs ont couru leur finale avec exactement le même chrono, soit 52’’76. Deuxième meilleure performance mondiale de la saison, ces quatre chiffres mis bout à bout correspondront à jamais à un résultat absolument sans pareil. La France tient non seulement son premier titre mondial en natation masculine mais elle l’a engrangé avec deux gaillards sur la plus haute marche.

Camille Lacourt avait indéniablement la faveur des pronostics dans la mesure où il est, depuis deux ans, le meilleur performeur mondial de l’épreuve. Avec un temps de 52’’11 l’année passée aux championnats d’Europe de Budapest (meilleure performance de tous les temps réalisée sans combinaison tout polyuréthane) et un chrono de 52’’44 réalisé aux championnats de France en mars, le nageur du CN Marseille avait tout pour briller lors des ces mondiaux chinois.

Mais en face de lui se dressait son plus farouche adversaire, son dauphin aux championnats d’Europe l’année dernière, Jérémy Stravius. Lors des demi-finales, le plus jeune des deux espoirs français en dos, qui rend dix centimètres et trois années à Camille Lacourt, a franchi un cap, bien décidé à ne plus seulement être un faire-valoir. En signant déjà ce même temps de 52’’76 lors des demi-finales lundi, le nageur d’Amiens avait envoyé un message fort à ses adversaires : la nouvelle vague, c’est lui.

Stravius et Lacourt partagent la plus haute marche du podium (source : LeParisien.fr)

Et il n’a pas déçu. Auteur d’un meilleur départ puis de vingt-cinq premiers mètres très vite engloutis, Stravius a par la suite bien géré son virage pour finir très fort dans les vingt-cinq derniers mètres. Entre temps, Camille Lacourt avait au contraire effectué les cinquante mètres du milieu à vive allure, opérant au passage un virage et une coulée parfaits. A l’issue de cette course palpitante qui a, de par la fin imprévisible qu’elle a offerte, indiscutablement marqué de son empreinte le sport en général et la natation en particulier, les deux nageurs ne cachaient pas leur joie, tout heureux de s’être illustrés de la meilleure des façons sans pour autant que l’un des deux soit déçu.

Camille Lacourt confiait ainsi après la course : « C’est une double joie de partager une Marseillaise. […] Ce n’est pas un titre partagé, mais deux titres. » (source : L’Equipe.fr) La hiérarchie entre les deux nageurs a donc changé. Si Lacourt était habitué aux feux de la rampe depuis son incroyable titre européen l’année dernière, Stravius, lui, aimait travailler dans l’ombre du beau gosse de la natation tricolore. Désormais, ils seront non seulement sollicités de la même manière mais sans doute davantage que les autres nageurs car cet exploit d’être champions du monde, avec le même temps, va indubitablement faire le tour de la planète.

Classement de la finale du 100m dos masculin (titres détenus dans l’épreuve)

1- Jérémy Stravius en 52’’76 – vice-champion d’Europe à Budapest

1- Camille Lacourt en 52’’76 – champion d’Europe

3- Ryosuke Irie en 52’’98

4- Nick Thoman en 53’’01

5- David Plummer en 53’’04

6- Liam Tancock en 53’’25 – 3ème aux championnats du monde à Rome

7- Helge Meeuw en 53’’28 – vice-champion du monde

8- Gareth Kean en 53’’50

La vidéo de la course sur Tuxboard.

 

Yannick Agnel manque encore le podium

 

Yannick Agnel n'a rien pu faire face à Ryan Lochte, champion du monde du 200m (source : Ouest-France.fr)

La France avait la chance d’assister, une heure plus tôt, à une seconde finale avec un nageur tricolore dans les travées aux alentours de midi. Après avoir participé à l’ultime course sur 400m n.l. et y avoir terminé à une décevante 6ème place, le Français n’a à nouveau rien pu faire et s’est incliné au 5ème rang.

Dans cette finale d’une incroyable densité (cinq médaillés internationaux dans  l’épreuve sur huit finalistes), c’est l’Américain Ryan Lochte (26 ans), qui s’est imposé avec une certaine facilité (1’44’’44), plus de trois dixièmes devant un autre Américain, champion olympique de l’épreuve en 2008, Michael Phelps (1’44’’79). Paul Biedermann, champion d’Europe et du monde en titre, vient compléter le podium en décrochant le bronze (1’44’’88). La quatrième place revient au récent champion du monde du 400m n.l. et vice-champion olympique du 200m, le Sud-Coréen Park Tae-hwan (1’44’’92).

Ryan Lochte a fait forte impression. En effet, le nageur du Daytona Beach Speed Swimming est davantage un spécialiste du dos (champion olympique sur 200m dos en 2008) ou des épreuves quatre nages (champion du monde des 200m et 400m 4 nages en 2009).

De son côté, Michael Phelps hérite pour la deuxième fois du titre de vice-champion du monde sur 200m n.l. après son précédent échec à Rome en 2009. Son titre mondial sur l’épreuve remonte donc à 2007 à présent.

Paul Biedermann a pu mesurer le chemin qui lui reste à parcourir pour décrocher l’or olympique l’année prochaine à Londres. Tandis que Park rate de peu d’être deux fois sur le podium en trois jours. Il s’est ainsi bien repositionné dans la perspective des J.O. et il faudra très certainement compter avec lui l’année prochaine.

Classement de la finale du 200m n.l. masculin (titres détenus dans l’épreuve)

1- Ryan Lochte en 1’44’’44

2- Michael Phelps en 1’44’’79 – vice-champion du monde et champion olympique

3- Paul Biedermann en 1’44’’88 – champion du monde et d’Europe en titre

4- Tae-hwan Park en 1’44’’92 – vice-champion olympique

5- Yannick Agnel en 1’44’’99

6- Nikita Lobintsev en 1’46’’57 – vice-champion d’Europe en titre

7- Dominik Meichtry en 1’47’’02

8- Daniil Izotov en 1’47’’46 – 3ème aux championnats du monde

Yannick Agnel durant les demi-finales du 200m n.l. (source : Sports.fr)

Yannick Agnel ne peut pas être complètement déçu puisqu’il a pulvérisé son précédent record de France, réalisé en mars aux championnats nationaux, en passant sous la barre des 1’45 (1’44’’99 pour être précis). A 19 ans, finir 5ème mondial en repoussant ses limites est toujours encourageant. Malgré cela, il a pioché dans les cinquante derniers mètres, sans doute encore à cause de son manque d’expérience à ce niveau de compétition : « sur la fin, il me manque pas mal d’énergie. Je finis avec les tripes » expliquait-il après sa finale. Mais il a promis une chose : « J’ai pris beaucoup de plaisir. La prochaine fois, ce sera à une autre place. » (source : L’Equipe.fr)

On n’en doute pas.

 

Camille Muffat et Sébastien Rouault de nouveau en finale

 

Comme on ne doute pas davantage de la qualité de Camille Muffat. Après le bronze obtenu dimanche sur 400m n.l., la Française a encore convaincu le public de ses possibilités en signant le 4ème temps des demi-finales sur 200m n.l. Mieux, lorsque Nelson Montfort l’a interviewé après sa course pour savoir si elle serait heureuse de partager, à la manière du duo Lacourt-Stravius, la médaille d’or avec Federica Pellegrini, championne du monde et olympique en titre, elle a vivement balayé l’idée.

Camille Muffat est outsider et elle veut donc l’emporter. Mais peut-elle gagner ? Pour cela, un petit tour d’horizon des chronos de la saison s’impose. Durant ces demi-finales mondiales, la Néerlandaise Femke Heemskerk a non seulement claqué le meilleur chrono pour se hisser en finale mais elle a aussi signé la meilleure performance mondiale de l’année (1’55’’54). Au cours de cette course, elle a également relégué Federica Pellegrini à près d’une seconde (1’56’’42).

Et si Camille Muffat succédait à Laure Manaudou sur 200m n.l. ? (source : kateia-sport)

L’Australienne Kylle Palmer (1’56’’59), qui a battu la Française pour trois centièmes dans leur demi-finale (1’56’’62), avait obtenu en avril ce qui est désormais la deuxième meilleure performance mondiale (1’55’’73). L’autre Australienne, Bronte Barratt troisième meilleure performance mondiale (1’55’’74) sera également en finale. Cela fait beaucoup de beau monde !

Mais jusqu’ici, Camille Muffat n’est pas non plus larguée puisqu’elle est la quatrième et dernière nageuse à être parvenue à descendre sous la barre des 1’56 cette saison. C’était aux championnats de France en mars (1’55’’95). Pellegrini n’y est pas arrivée pour l’instant.

Au-delà de la 1’56, on retrouve des outsiders de poids : l’Américaine Allisson Schmitt (vice-championne du monde à Rome) ; l’Allemande Silke Lippok (vice-championne d’Europe à Budapest) ou l’étoile montante de la natation mondiale, la Suédoise de 17 ans Sarah Sjöström.

Ce sera donc une finale d’une incroyable densité, à ne pas manquer à 12h45 ce mercredi.

De son côté, Sébastien Rouault s’est qualifié pour la finale du 800m nage libre. Déjà finaliste sur 400m n.l., le double-champion d’Europe sur 800m et 1 500m a obtenu son passeport pour la finale mondiale en accrochant le 7ème temps des séries (7’49’’43). Mais à plus de quatre secondes d’un trio diabolique composé du Chinois de 19 ans Yang Sun (7’45’’29), du Férigien Pal Joensen (7’45’’55) et du Canadien Ryan Cochrane (7’45’’58).

Faut y croire Sébastien (Rouault) ! (source : Sport365.fr)

Le Chinois, seul nageur à être descendu sous les 7’45 cette saison (7’44’’12 en avril), est grandissime favori. Les deux autres ont signé les deux autres meilleures performances mondiales de la saison dans l’ordre de leur chrono pour se qualifier en finale. L’outsider principal demeure le vice-champion du monde tunisien, Oussama Mellouli (5ème chrono en 7’48’’86). Finale à 13h ce mercredi, juste après la finale du 200m n.l. féminin.

 

Le programme des Français de mercredi

 

– 3h25 du matin : séries du 100m n.l. masculin. Fabien Gilot et William Meynard sont engagés.

– 12h00 : demi-finales de ce même 100m n.l.

– 12h45 : finale du 200m n.l. féminin. Camille Muffat est engagée.

– 13h00 : finale du 800m n.l. masculin. Sébastien Rouault est engagé.

Publicités

2 Réponses to 'Mondiaux de natation 2011 : c’est ainsi que s’écrivent les légendes'

Subscribe to comments with RSS ou TrackBack to 'Mondiaux de natation 2011 : c’est ainsi que s’écrivent les légendes'.


  1. […] Mondiaux de natation 2011 : c’est ainsi que s’écrivent les légendes […]


  2. […] Dimanche, à 12h45, la France entière attendait sa troisième médaille d’or en championnats du monde. Car, il faut le rappeler, le premier titre mondial masculin de l’histoire de la natation tricolore a été acquis seulement mercredi grâce au co-titre mondial de Jérémy Stravius et Camille Lacourt en finale du 100m dos. […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :