La Tribune du Sport


On achève bien les Lions

Posted in Coupe du Monde 2010 par Steven Ayache sur 20 juin 2010

Une conférence sous pression.

Après le premier match perdu 1-0 contre le Japon, Paul Le Guen sait qu’il ne sera pas épargné lors du

Source :lions4life.info

point presse. Il connaît par avance les reproches que vont lui faire les journalistes car il a vu lui-même ce qui clochait sur le terrain : Eto’o est mal placé, le milieu de terrain n’a pas de mordant, la défense est trop frêle.

Les journalistes le bombardent de questions, le somment de s’expliquer, et l’ancien entraîneur de Lyon et du PSG s’explique…avec émotion. On sent qu’il prend conscience de certains reproches et qu’il ne se sent pas encore prêt à les digérer.

Je passe sur les reproches faits à l’encontre du sélectionneur à propos de ses éventuelles exigences financières pour en venir à son comportement exemplaire. Non seulement Le Guen va reconnaître ses erreurs par la suite, mais il va promettre du changement à l’approche de ce match. Les joueurs et le sélectionneur en ont également discuté et visiblement, ce qui s’est passé doit servir d’exemple à l’équipe de France et à notre ancien sélectionneur.

Il faut noter au passage que les deux équipes n’avaient pas le droit à l’erreur dans ce match : le perdant faisait ses valises.

Le réveil des Indomptables

A l’arrivée sur le terrain, les Lions Indomptables affichent une unité et se réunissent même avant le coup d’envoi pour invoquer l’esprit du groupe.

Au milieu de terrain sont arrivés les solides Emana et Alex Song, ce qui permet d’exiler les deux tortues allemandes Matip et Choupo ainsi qu’un Jean II Makoun qui, décidément, montre au fil du temps sa faible tension au milieu de terrain. Eto’o a été recentré dans l’axe de l’attaque en compagnie de Webo, et Geremi est arrivé en renfort pour apporter tant son expérience que sa précision sur les coups de pieds arrêtés.

Honnêtement, on peut dire que Paul le Guen a tiré profit de ses erreurs pour nous servir la meilleure équipe possible… à l’exception près qu’il s’obstine à mettre Mbia latéral droit et N’Koulou dans l’axe. La solution Rigobert Song n’a donc pas été retenue.

Dans ce dispositif plus offensif et dynamique, il faut aux camerounais cinquante secondes pour montrer à quel point ils se sentent prêts à relever le défi. Placés très haut sur le terrain, ils investissent l’espace avec percussion, se trouvent collectivement et se procurent leur première occasion par l’infatigable Assou-Ekotto.

Il s’en suit une attaque-défense acceptée par des Danois encore une fois bons élèves mais qui, cette fois, encaissent logiquement un but. A la 10ème minute, suite à cette permanente mise sous pression des Lions, Poulsen (« encore lui ? » non, c’est l’autre) fait une mauvaise passe qui arrive directement sur Webo côté gauche. Le bienheureux centre en direction du capitaine Eto’o qui marque tranquillement son premier but dans la compétition.

Etais-ce trop tôt ? On peut se le demander car cette équipe, si elle excellait dans l’art d’attaquer, conservait ses doutes en défense.

En tout cas, jusqu’à la première demi-heure de jeu, les Camerounais continuent leur montée en puissance mais ne parviennent pas à marquer ce deuxième but malgré notamment une belle envolée d’Emana à la 28ème.

Et le coup de fouet en défense

Source :lequipe.fr

Quatre minutes plus tard, l’armée danoise pénètre dans les trente derniers mètres camerounais pour leur première véritable attaque. Le poison Rommedahl est lancé côté droit. Très bien inspiré, il centre à ras de terre devant le but vers l’albatros Bendtner. L’attaquant d’Arsenal se jette et marque d’un extérieur du droit à bout portant.

Sur ce but, la défense du Cameroun montre toute sa capacité à rester statique. La charnière Bassong – N’Koulou est inquiétante et Franck Leboeuf dirait qu’elle aurait tout intérêt à en parler à son médecin.

La mission du Cameroun est maintenant de marquer ce deuxième but puisqu’elle sait ne pas pouvoir tenir ce score. Ils continuent donc d’attaquer sans relâche mais avec une construction de plus en plus hâtive et brouillonne.

A la 42ème, Eto’o rate le doublé sur une frappe du gauche des seize mètres, la balle venant ricocher sur le poteau droit de Sörensen.
Dans la foulée, Emana frappe après une nouvelle envolée lyrique mais sans résultat.

Pendant ce temps-là, au royaume du Danemark

A la mi-temps, notre ami Bilbo Olsen a toutes les cartes en main. Il sait que le Cameroun possède une défense en carton et qu’ils vont donc se ruer à l’attaque encore un bon moment. De fait, il ne va pas varier sa stratégie : attendez l’ennemi et jouez le contre. Face aux Pays-Bas, le sélectionneur danois pouvait

Source :laprovence.com

craindre les assauts néerlandais et demandait donc à ses joueurs de se placer en ligne dans les buts, ce qui lui a valu de prendre un CSC.

Face à cette équipe, la situation est différente car Eto’o et Emana mis à part, personne ne semble vraiment efficace face aux buts. De plus, la titularisation de Tomasson et de Gronkjaer amène plus d’impact offensif, ce qui permet aux Vikings de sortir plus vite.
Alors, les Danois vont attendre l’opportunité sereinement. Au retour des vestiaires toutefois, Mbia aurait pu libérer les siens sur une tête suite à un corner mais celle-ci est déviée par Souleymanou sur la barre.

Ensuite, les Camerounais se précipitent, perdent toute notion de milieu de terrain et créent un fossé entre attaque et défense qui va s’avérer fatal. Sur une belle récupération, ce diable de Rommedahl est lancé côté droit par Bendtner. Il élimine très facilement Makoun (dont on se demande encore pourquoi il est rentré à la place d’Enoh), repique et enroule du gauche.

La fin du match se décline déjà tant Eto’o se remet à vouloir jouer les Zorro. Le Guen montre son banc : un Idrissou aux allures de Samassa et un Vincent Aboubacar très prometteur qui mettra Simon Kjaer au tapis suite à une balle de but en pleine figure. Rien n’y fait et le Danemark tient tranquillement le score.

Trop tard donc…

Source :lequipe.fr

Paul Le Guen peut s’en vouloir de ne pas avoir été suffisamment lucide dès le premier match. Cette deuxième chance semblait promise à un bel avenir mais face à un Danemark toujours très bien organisé, l’immature indomptable a échoué et rentre au pays. Paul Le Guen, pour sa part, rentrera sans doute chez lui avec un goût amer dans la bouche : celui du regret. En effet, s’il avait recentré Mbia ou fait confiance à Rigobert Song au lieu de laisser sa défense à l’abandon, toute cette histoire aurait peut-être pris une autre tournure.

Voici une nouvelle preuve qu’un sélectionneur a souvent des idées arrêtées, difficiles à remettre en question.

Le groupe E

Dans l’autre rencontre qui avait lieu à 13h samedi, les Pays-Bas et le Japon ont fait match nul dans le match des leaders du groupe E. Suite à une impossibilité des chroniqueurs, ce match n’a pu être commenté sur notre site. Croyez bien que nous sommes désolés.

Le lundi 14 juin 2010

Pays-Bas – Danemark (2-0) : résumé.

Japon – Cameroun (1-0) : résumé.

Le samedi 19 juin 2010

Pays-Bas – Japon (1-0)

Cameroun – Danemark (1-2)

Le classement

1 – Pays-Bas, 6 pts (+3)

2 – Japon, 3 pts (0)

3 – Danemark, 3 pts (-1)

4 – Cameroun, 0pt (-2)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :